Luxembourg 2030

Dans le cadre du développement de ses activités et des objectifs qu’elle se fixe, la SOLEP est amenée à organiser divers types d’événements, tels que séminaires, colloques, conférences ou simples sessions de formations.

Depuis 2011, l’essentiel des activités et de l’organisation se tourne vers le déploiement d’un exercice de prospective baptisé « Luxembourg 2030 ». Après un séminaire de lancement le 26 avril 2011, des groupes de travail ont été lancés lors de la conférence de restitution du 9 janvier 2012.

Les 5 groupes de travail sont:

 

La réflexion des 85 participants à ces groupes, mobilisés sur trois années pour un total de 74 réunions, s’est concrétisée par 161-163 propositions de pistes d’action. Parmi ces propositions, 33 ont été sélectionnées par la Solep après évaluation.

Aménagement du territoire et mobilité:

• Assurer la cohérence des programmes et investissements publics.

• Désinciter, dans le cadre de la politique du logement, la non-utilisation des terrains et des logements.

• Prévoir une densification minimale sur les nouveaux terrains mis sur le marché selon un jeu de critères transparents.

• En matière de mobilité, réfléchir à établir un « IVL Grande Région » et avancer sur base de constats et conclusions afférentes. Se limiter à définir les grands axes de coopération et ne pas s'impliquer dans le « micro-management » des différents projets.

• S'inspirer de la loi sur la protection de la nature, afin de faire de la loi sur l'aménagement du territoire la base habilitante pour pouvoir grever certaines parcelles de servitudes.

• Analyser en profondeur et adapter le cadre de l'aménagement du territoire en cohérence avec celui de l'aménagement communal (« rassembler tous les avis qui existent en la matière et représenter les potentialités de réforme à l'aide d'une matrice »). Éliminer les entraves qui existent au niveau de la législation en matière d'aménagement du territoire, afin de pouvoir accélérer les procédures et donner lieu à un développement spatial ambitieux et cohérent.

• Recentrer de manière cohérente les guichets uniques. Donner lieu à un guichet véritablement unique pour toutes les procédures en matière d'aménagement du territoire et communal (systématiser une loi omnibus par législature, respectivement à intervalles réguliers).

• Pour stimuler l'offre de logements, taxer les terrains à bâtir où les travaux de construction tarderaient à commencer.

• Pour stimuler l'offre de logements sans risquer une expansion incontrôlée des villes, forcer la densification des zones urbaines via la procédure d'autorisation des Plans d'Aménagement Général.

• Déplacer la charge des impôts et taxes: alléger les impositions et taxations de la main d’œuvre, augmenter celle de la consommation de ressources et de la pollution.

• Organiser une vie commune au niveau local, éliminer le communitarisme par une mixité des lieux de vies et en évitant les « ghettos ».

• Dans les planifications urbaines, prévoir des ensembles résidentiels à mixité sociale ainsi que des infrastructures communes, promouvoir la proximité entre logement et lieu de travail.

• Développer le logement écologique et économe (en surface au sol notamment), forcer la rénovation énergétique (en faisant attention au danger de la pauvreté énergétique).

Éducation et formation tout au long de la vie

• Élargir l'offre de formation destinée aux publics vulnérables pour promouvoir l'employabilité des personnes à faible niveau d'instruction ou des chômeurs spécialisés dans des secteurs en déclin pour renforcer leur niveau de compétences (lecture, calcul, TIC, comptabilité, problèmes de décision, travail en équipe).

• Dans le secteur public, les promotions de techniciens vers des postes de responsabilité pour le personnel (cadre supérieur) devraient requérir la participation préalable à des formations dans la gestion du personnel (people management).

• Assouplir de manière intelligente les conditions linguistiques d’accès à certaines professions (notamment dans le secteur public) ou à certains diplômes ou formations qualifiantes y relatives (certaines compétences dans trois à quatre langues devront être suffisantes, une excellence dans toutes les langues n’étant ni nécessaire pour toutes les professions ni possible pour tous les élèves).

• Promouvoir massivement  la formation continue ainsi que la la VAE - Validation des acquis de l’expérience (en faciliter les démarches par la mise en place d’un système de coaches).

• Accompagner les enfants connaissant des difficultés d’apprentissage de manière plus intensive pour améliorer leur inclusion.

• Augmenter les passerelles entre types d’enseignement (réduire la hiérarchisation des types d’enseignement).

• Améliorer le niveau de maîtrise de la langue anglaise au niveau national.

• Investir massivement dans le premier cycle du fondamental (anciennement pré-scolaire), l’étendre sur trois ans et promouvoir les langues de manière ludique.

• Inclure les volontaires pensionnés au système d’éducation et aux structures d’accueil des plus jeunes.

Attractivité des secteurs publics et privés

• Mettre le numérique au service de la simplification administrative. L’Estonie pourrait servir d’exemple.

• Considérer la simplification administrative comme un défi permanent. Viser une « loi omnibus » à un rythme quinquennal.

• Systématiser le recours au numérique pour contrebalancer l’effet négatif de nouvelles normes administratives.

• Inculquer la notion de « culture du service » ou « d’esprit de service » dans les administrations et dans certains services étatiques en particulier (environnement, aménagement communal, aménagement du territoire…).

• Élargir l’accompagnement financier et pratique des nouvelles PME (dans la phase de démarrage, jusqu’à 1 à 3 ans).

• Améliorer la loi sur les subsides aux entreprises, notamment en direction des sociétés innovantes.

• Pour augmenter la perméabilité entre secteur public et privé, réduire les barrières (para-) fiscales à la transition, notamment en instaurant un système de pension unique.

Études, analyse, information et communication

• Créer un Conseil national de la stratégie et de la prospective (ouvert aux chambres professionnelles, aux comités nationaux, aux think tanks, aux clusters, aux organes publics…).

• Publier les résultats de toutes les études d'évaluation des politiques publiques, excepté dans des cas exceptionnels où la confidentialité serait requise (p.ex. secret de défense).

• Évaluer systématiquement ex post les résultats qualitatifs et quantitatifs des politiques et confronter les résultats aux objectifs initiaux afin de corriger ou terminer plus rapidement des politiques dont les résultats laissent à désirer.

• Mieux informer et communiquer sur la réalité démographique du pays (les nationalités, les langues, la contribution économique, la contribution culturelle…)

 

Ces pistes d'action ont fait l’objet d’une présentation le 1er octobre 2015 à l’occasion d’une conférence de clôture de l’exercice. 

Téléchargez le rapport Luxembourg 2030 dans son integralité 

Téléchargez la présentation faite lors de la clôture de l’exercice « Luxembourg 2030 » du 1er octobre 2015